Les résultats du baccalauréat unique session 2018 sont proclamés sur toute l’étendue du territoire national. Le moins qu’on puisse dire, est qu’ils sont mauvais dans l’ensemble et particulièrement mauvais pour la préfecture de PITA.

Observons ces résultats et faisons tous nos analyses !

RÉSULTATS GLOBAUX

Option Candidats Admis
SCIENCES EXPÉRIMENTALES 124 10
SCIENCES SOCIALES 237 23
SCIENCES MATHÉMATIQUES 170 29
Total 531 62

Pourcentage d’admis de la préfecture de Pita : 11,67% d’admis.

RÉSULTATS DÉTAILLES PAR ECOLE :

Sciences Mathématiques

Etablissement Total Garçons Filles
Oustoyah 5 5 0
Alpha Abdoulaye 3 3 0
Macauley 3 1 2
Tély Diallo 10 4 6
Mama Malick 3 1 2
Timbi Madina 5 5 0

Sciences Sociales

Etablissement Total Garçons Filles
Imam Aly 1 1 0
Oustoyah 2 2 0
Tély Diallo 10 6 4
Mama Malick 7 4 3
Timbi Madina 3 2 1

Sciences Expérimentales

Etablissement Total Garçons Filles
Macauley 3 2 1
Tély Diallo 3 2 1
Mama Malick 4 2 2
Oustoyah 0 0 0
Timbi Madina 0 0 0

 Total Toutes Options

Etablissement Total Garçons Filles
Tély Diallo 23 12 11
Mama Malick 14 7 7
Timbi Madina 8 7 1
Oustoyah 7 7 0
Macauley 6 3 3
Alpha Abdoulaye 3 3 0
Imam Aly 1 1 0
Total toutes options 62 40 22

UN PEU D’ANALYSE SUR LES RÉSULTATS

Si même mes calculs sont bons, la préfecture de Pita est en dessous de la moyenne nationale dans toutes les options :

  • Sciences Expérimentale: 10 admis /124 donc 8.06% contre 28.06% au niveau national.
  • Sciences Sociales: 23 admis /237 donc  9.70% contre 15.70% au niveau national.
  • Sciences Mathématiques: 29 admis/170 donc 17.05% contre 39.40% au niveau national.

Si jadis PITA est connu pour ses bons résultats au Baccalauréat, alors  il y a lieu de se poser des questions :

  • Pourquoi cet échec cuisant ?
  • A quel niveau ça n’a pas marché ?
  • A qui la faute ? Les élèves, les parents d’élèves ? Les professeurs ? Ou la Direction Préfectorale de l’Education ?

Ensemble cherchons les réponses et les remèdes. Merci de votre contribution en laissant un commentaire.

BAH Mamadou Lamine
Pita-Développement

Avec la collaboration de Alpha Oumar Mosquée DIALLO (Directeur Radio Rurale Pita)

2 thoughts on “Baccalauréat Unique session 2018 : Résultats catastrophiques pour la préfecture de PITA”

  1. Le problème c’est a tous les niveaux surtout au niveau de la DPE et du corps enseignant à Pita on est entrain de tronquer l’avenir des enfants . Parmi les candidats il y a des élèves qui n’ont pas eu leurs BEPC que tu peut retrouver comme candidats on BAC . L’exemple le plus frappant prenant l’établissement Imam Aly qu’on appelle Poubelle tu verras des enfants qui n’ont pas leurs entrées en 7eme insatallés en 7eme . En 11eme la même choses , ils n’ont pas le BEPC et tu les retrouves en classe supérieur . Ma prochaine innervation je donnerais les noms du corps enseignant à PITA qui sont responsables de cette pratique pour des miettes de francs glissant .

  2. Cette situation est très préoccupante. Elle pourrait en effet avoir pour conséquences d’hypothéquer l’avenir professionnel des jeunes de Pita, de favoriser l’abandon précoce des études et d’entraîner une poussée de la délinquance juvénile.

    Lamine BAH pose la question légitime à savoir quelles sont les responsabilités des uns et des autres dans cette situation d’échec. Mais sur base de ces seules informations il est difficile de se prononcer de manière globalisée sans risque de se tromper. En effet, il manque d’informations capitales pour analyser la situation plus en détail école par école : c’est par exemple le nombre de candidats par option et par établissement.

    Cela étant, la baisse des performances scolaires à Pita reste imputable à la qualité de l’enseignement (le niveau des enseignants, les méthodes pédagogiques et les moyens matériels) puisque les programmes sont les mêmes pour tout le pays et que les élèves de Pita ne sont pas devenus moins intelligents que les autres du jour au lendemain.

    Mais pour affiner tout cela, il faut une étude diagnostique du fonctionnement de ces écoles.

    Je propose pour cela que cette étude soit mandatée à un spécialiste de l’éducation et que les frais soient pris en charge par Pita-Développement. Car si l’on veut soigner le mal, il faut inévitablement poser le bon diagnostic et il n’y a que de cette façon là qu’on pourrait arriver à des résultats probants.

    Abdoul Diaila BAH
    Liège, Belgique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 × 25 =