Depuis plusieurs années, nous constatons un délaissement de la Préfecture de Pita et de sa belle commune urbaine à la fois par les gouvernements successifs mais aussi et surtout par ses propres fils et filles entrainant ainsi sa détérioration progressive dans de nombreux secteurs de développement économique et social. Le phénomène s’est aggravé à partir du début des années 1990. Parmi les problématiques liées à cet abandon on peut relever :

  • le chômage des jeunes, conséquence du manque et de la non-diversification des activités économiques. Le secteur du commerce informel et des transports occupe la quasi-totalité des jeunes encore présents;
  • le manque d’infrastructures de bases de qualité (hôpitaux, écoles, bureaux de l’administration, etc.);
  • l’insalubrité de la ville. La gestion des ordures avec ses conséquences pour la santé notamment dans et aux alentours du marché central est préoccupante ;
  • des problèmes d’éducation des jeunes et de sensibilisation des adultes. Les conséquences dramatiques des événements politiques de février 2007 et de novembre 2010 sur la ville avec des destructions massives de biens publics et privés déjà rares, en sont révélatrices ;
  • le déclin des activités sportives et culturelles dans lesquelles Pita excellait jadis (notamment en basketball, en volleyball et en théâtre,) et qui faisaient la fierté de tous.
  • Face à ces réalités, les nombreux fils, filles et amis de Pita, de partout à travers le monde, ont décidé en 2011 d’unir leurs forces afin de susciter un véritable élan de solidarité et d’entraide en faveur du développement de la préfecture. C’est le point de départ de la création de l’Association Pita-Développement.

Mais alors pourquoi créer une organisation pour le développement de Pita alors qu’il y’ en a tant d’autres nous dira-t-on ? L’une des explications tient au fait que ces dernières ont toujours fonctionné de manière isolée et localisée avec des moyens très limités par rapport à l’immensité du défi à relever. L’autre raison et non la moindre, vient d’un constat qui est celui de la disproportion entre les énormes potentialités (humaines et économiques) dont dispose la préfecture et la faiblesse de son état actuel de développement.

C’est désormais à nous tous de nous approprier de cette initiative pour faire de notre préfecture une vitrine en matière de développement.